La dépression saisonnière

Durant l’automne et l’hiver, les journées sont courtes et la luminosité moins intense. Celle-ci s’exprime en lux, et passe de 100 000 lux les jours d’été ensoleillés à 2 000 lux les jours d’hiver (50 fois moins !).

Téléchargez gratuitement des ressources sur le sujet

C’est le début d’une période difficile pour toutes celles et ceux qui souffrent de troubles saisonniers de l’humeur, et ils sont nombreux : environ 15% à 25 % de la population ressentiraient ces symptômes à un niveau variable pendant les mois d’automne et d’hiver. Pour 3% à 8% , les symptômes plus sévères constituent une véritable dépression. Les femmes sont 3 à 4 fois plus touchées que les hommes.

 Les symptômes la dépression saisonnière

On observe le plus souvent une fatigue persistante, notamment le matin, un manque de dynamisme, des maux de tête, de l’irritabilité, un besoin de s’isoler socialement. On relève encore une perte d’efficacité, de motivation, un besoin excessif de sommeil, une augmentation significative de l’appétit (avec un penchant pour les aliments sucrés), une humeur dépressive, une tendance à l’hypersomnie. D’autres symptômes souvent présents sont une plus tendance croissante à l’anxiété, une difficulté de concentration, et une diminution de la libido. Ces symptômes sont le plus souvent associés.

La dépression saisonnière n’est pas d’ordre psychologique mais hormonal

Elle est souvent sous-diagnostiquée par les médecins et confondue avec la dépression classique ce qui explique le pic de consommation saisonnière de psychotropes en France. Le manque de lumière est considéré comme la cause de la dépression saisonnière bien que les mécanismes exacts soient encore mal compris. Il entraînerait une variation de la production de la mélatonine et de l’activité reliée à la sérotonine.

La mélatonine est une hormone impliquée dans la régulation de l’humeur et des rythmes biologiques. Elle est sécrétée par la glande pinéale la nuit, de la tombée du jour jusqu’au matin lorsque la lumière du jour frappe la rétine de l’oeil. La diminution du temps d’ensoleillement amène donc une hausse de la production de mélatonine, entraînant des changements au niveau de l’humeur, de l’énergie, du besoin de sommeil et de l’appétit.

Comment traiter ces troubles de l’humeur saisonnier?

L’hypothèse du rôle de la mélatonine liée au manque de lumière a suggéré l’idée de la luminothérapie (aussi appelée photothérapie) qui consiste à s’exposer à une lumière intense fournie par une lampe de luminothérapie (5000 ou 10000 lux) qui contient tous les spectres de la lumière solaire (sauf les ultraviolets).

Des études montrent que la luminothérapie permet de réduire les symptômes de façon significative chez les personnes déprimées (60% à 80%). Il s’agit généralement de s’exposer à cette lumière entre 30 minutes et 1 heure et demie par jour (pouvant aller jusqu’à 2 heures) dépendant de l’intensité de la lumière fournie par la lampe (5000 ou 10000 lux), de préférence le matin, en lisant, déjeunant ou travaillant à l’ordinateur.

Pour que l’exposition soit efficace, la lumière doit atteindre la rétine de l’oeil (d’où l’importance d’un équipement aux normes). Le processus d’amélioration intervient en quelques jours (de 3 jours à 2 semaines). Les symptômes réapparaissent si l’on interrompt l’exposition à la lumière. Cette thérapie s’arrête à l’arrivée du printemps, quand il y a plus de lumière extérieure naturelle.

Selon une étude publiée dans l’American Journal of Psychiatry, certains simulateurs d’aube peuvent également réduire la dépression saisonnière et surtout permettre un bien meilleur réveil. Ces derniers se paramètrent afin d’augmentent graduellement le niveau de lumière à l’approche de l’heure du réveil, d’ou leur nom.


A propos de l’auteur

Jérôme Leprince est psychologue d’entreprise depuis 1983, et s’est spécialisé dans le développement du potentiel humain. Téléchargez les ouvrages numériques : Téléchargements grauits

Il est auteur de nombreux ouvrages et l’inventeur du concept d’écologie personnelle, et lui a consacré un site en 2009 : le Site de l’écologie personnelle

Il est marié et père de 2 garçons.

Source : La dépression saisonnière – Articles Gratuits

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.